Économie

La grève au Park Hyatt Paris-Vendôme prend fin

Salaire
Written by Stephane Leroy

Après 87 jours de grève contre la sous-traitance et pour la dignité, les employés de service du grand hôtel ont finalement obtenu ce qu’ils revendiquaient durement, à savoir l’amélioration de leurs conditions de travail. La déléguée CGT, en larmes parle alors de « victoire éclatante ».

La lutte pour la dignité

L’hôtel Park Hyatt Paris-Vendôme, un des plus réputés (plus de 5 étoiles) dans le 2ème arrondissement de Paris, avait fait l’objet d’un spectacle particulier depuis 87 jours. Consternés par les conditions de travail qui se traduisent par un salaire faible, et une surexploitation, les employés de l’hôtel et ceux de STN ont commencé à manifester devant l’entrée, munis de drapeaux en chantonnant devant les passants.

Festifs dans leurs actions, ces personnes cherchent pourtant à manifester leur colère et leur tristesse vis-à-vis de leurs employeurs, insensibles à leur demande concernant l’amélioration de leurs conditions de travail qui date de 2013. Devant des passants et parfois des policiers qui ne vont pas de mains mortes pour les assagir, leur lutte a continué jusqu’à ce que deux employeurs finissent par négocier avec STN.

Des revendications pour le salaire et pour l’intégration

Le travail d’un valet, d’une femme de chambre ou encore d’une gouvernante dans un établissement aussi renommé n’est pas de tout repos. L’exigence est à son comble pourtant les salariés ne semblent pas satisfaits de leurs rétributions, qu’ils jugent disproportionnés par rapport aux revenus qu’ils gagnent. Aussi, la première revendication portait sur une augmentation de salaire à plus de 3 euros l’heure accompagnée d’une indemnisation concernant les transports. Par ailleurs, une demande d’intégration directe dans le staff de l’établissement a été émise pour les employés de la sous-traitance STN.

Suite aux discussions, les grévistes ont finalement eu raison de leurs employeurs, aussi, Hyatt penchera sur l’alignement de la grille salariale des employés de l’hôtel.

D’après CGT, d’autres points essentiels comme la prise en charge du pass navigo à 100% ou encore le treizième mois ont été gagnés. Au final, la plupart des revendications ont été pensées pour la grande joie de ces employés, trop longtemps martyrisés par un système insensible.