Économie

Assurance vie : les rendements alarmants

signature d'un contrat d'assurance
Written by Stephane Leroy

Les rendements des services d’assurance-vie continuent de baisser en 2018 avec une nouvelle chute estimée à 0,10 à 0,20% en moyenne. À ce rythme, certaines plateformes auront du mal à fournir des intérêts positifs pour leurs clients au regard de l’inflation et des prélèvements sociaux, du moins c’est ce que pensent la plupart des assurés.

Un rendement faible qui affecte le pouvoir d’achat

une clause de contratC’est dans la totale confusion que les assurés expriment leurs craintes à propos de la dynamique régressive du rendement des assurances-vie.

Le secteur abrite actuellement quelques 1 250 milliards d’euros pourtant la distribution continue de baisser (de 10 à 20 points de base en général) en 2018.

La problématique se base sur un retour de placement éphémère. Alors qu’il faudrait au moins 2,2% au rendement pour sauvegarder la valeur de l’épargne, les estimations prévues pour 2018 frôleraient à peine les 1,6% sans prendre en compte les paramètres tiers qui viendront affaiblir les pouvoirs d’achat, suivant l’augmentation des prix (1,8%), la déduction des prélèvements sociaux (17,2%) et enfin les frais divers (impôts et Cie).

Certaines plateformes n’arrivent pas à suivre

L’inflation constitue la bête noire de ces placements. Aussi, certaines assurances peinent à suivre le rythme selon leur politique de gestion du rendement.

Outre Afer qui a distribué 2,25%, Asac Fapes (2,48%), Gaipare (2,5%) ou encore MIF (2,35%), la plupart des plateformes d’assurance se verront pénalisées par un score faible.

Parmi ceux qui ont déclaré leurs rendements, on enregistre les Caisses d’épargne et la Société générale à 1,85% tandis que la MAIF tourne à 1,8%.

Toutefois, ces compagnies annoncent des solutions alternatives, dites de prévention, pour rassurer les clients. Il s’agit de réserves de bénéfices qui vont jusqu’à 50 milliards d’euros.

Quoi qu’il en soit, une forte évolution de l’inflation ne tiendra pas les souscripteurs dans la zone de sécurité assez longtemps, aussi l’exercice 2019 ne tardera pas à influencer les garanties des assureurs.

Source : (https://www.lemonde.fr/argent/article/2019/01/26/assurance-vie-la-difficile-evaluation-de-la-solidite-des-fonds-en-euros_5415044_1657007.html)