Économie

La volatilité du cours met en danger le marché du pétrole

Written by Laurent Bijon

Descendu à un seuil de 50 dollars le baril en fin décembre, le cours a finalement repris du souffle jeudi dernier tel qu’on l’a vu sur le marché new-yorkais Nymex. Toutefois, la volatilité est à son comble et menace grandement le marché si l’on se fie aux variations du Brent et du WTI. La résolution de l’Arabie Saoudite et de la Russie de réduire la production accentue dangereusement cette baisse.

Un pétrole malmené par la volatilité et la politique de production de l’Arabie Saoudite

Les cours du pétrole ne sont jamais descendus aussi bas depuis janvier 2017. Selon Reuters, la chute du baril en décembre a été la plus violente depuis l’accord de réduction de production. Néanmoins, la WTI a pu accroître de 1,18% tandis que le Brent a accumulé 1,89%.

Dans un autre contexte, la volatilité enregistrée dans cette période n’est pas bon signe pour le marché puisque le Brent a subi une fourchette comprise entre 56,30 et 53,93 dollars tandis que le WTI a enregistré un extrême de 47,49 et 45,35 dollars.

Des mesures de réduction par l’Opep et la Russie pour 2019

Le poids de l’Opep et notamment de l’Arabie Saoudite sur le marché pétrolier n’est pas anodin. Selon l’enquête de Reuters, la production du pays avait atteint 11 millions de Bpj en novembre alors que sa résolution sur la réduction concerne 400 000 Bpj.

D’autre part, il semblerait que l’Opep n’ait pas respecté les termes de l’accord de réduction qui devait prendre effet mardi puisque le mois dernier, Reuters a enregistré une baisse de production de 460 000 bpj contrairement aux termes du contrat.

Par ailleurs, l’Opep qui inclut un allié de taille (la Russie) avait décidé de réduire son offre de 1,2 million en 2019.

Source : (http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/tres-volatil-le-petrole-resiste-grace-aux-promesses-de-l-arabie-saoudite-et-de-la-russie-802726.html#xtor=AL-13)