Économie

Leclerc investit, Casino jette les gants

leclerc
Written by Stephane Leroy

A la suite d’une politique de relance ratée par un « pricing » catastrophique, Casino n’a pu se résoudre à continuer la lutte avec Leclerc et Cie. Le PDG a annoncé la vente de 6 hypermarchés « structurellement déficitaires », tandis qu’un milliard d’euros seront investis par son concurrent pour solidifier sa part de marché.

Casino rate sa relance
supermarché CasinoPour le groupe des distributeurs intégrés, rien ne va plus. Depuis quelques années, Casino a éprouvé quelques difficultés pour rivaliser avec ses concurrents et s’est engagé vers une politique de prix ahurissante. Toutefois, la société de consommation s’est montrée cruelle et n’a pas mordu à l’hameçon comme prévu.

Aujourd’hui, la situation est catastrophique pour le groupe stéphanois, contraint à l’abandon de quelque 6 hypermarchés, comme l’a annoncé son PDG. Dans cette opération, de grasses dividendes seront versées aux actionnaires avec un montant avoisinant le milliard d’euros, assez pour compenser ces 3 dernières années.

Leclerc rebondit et confirme sa pole position
Contrairement à son adversaire, Leclerc profitera de sa bonne situation pour investir 1 milliard d’euros dans le digital et la logistique comme l’ensemble du groupe coopératif (Leclerc, Intermarché, U système).

Malgré la crise des gilets jaunes, le commerce coopératif tente de redresser la barre en consolidant son approche économique, comme l’explique Olivier Dauvers, spécialiste de distribution :

« Alors que le marché n’a jamais été aussi difficile, avec une baisse en volume d’achats, pour la troisième année consécutive, il y a une prime aux distributeurs indépendants. Ils se révèlent plus efficaces car ils ont la possibilité d’être plus agiles et réactifs pour s’adapter aux nouvelles attentes des consommateurs. »