Économie

Renault : à 61,16 euros l’action ce vendredi, la direction bicéphale Senard/Bolloré relance les espoirs

Une enseigne renault sur un fond de ciel bleu
Written by Charlotte Rousseau

Ayant chuté de 59,9 euros le 19 novembre à 52 euros l’action le 3 janvier, la situation de Renault s’enfonçait de plus en plus dans une spirale infernale. Étant donné que la déchéance de Carlos Ghosn en a été la cause, le conseil d’administration de la société s’est démené pour rétablir la situation, afin de trouver dans le duo Jean-Dominique Senard (PDG de Michelin) et Thierry Bolloré (deuxième homme de Renault) la solution miracle. Nommés Président (Senard) et directeur général (Bolloré) jeudi, les deux hommes semblent faire la paire avec un démarrage en trombe à commencer par enregistrer une action Renault à 61,16 euros.

Des dirigeants en or

Carlos ghosn à une conférenceIl était quasiment impossible de trouver d’autres profils aussi judicieux que ce duo Jean-Dominique Senard (PDG) et Thierry Bolloré (DG) pour relancer Renault dans la course. Le vide laissé par Carlos Ghosn, toujours détenu à Tokyo pour malversations, avait entraîné de nombreuses pertes à la société et cela depuis son arrestation.

L’alliance RMNBV (Renault, Mitsubishi, Nissan BV) était remise en cause tandis que le cours de l’action Renault était descendu à 52 euros en début d’année, mais cela sans compter sur le potentiel des deux dirigeants.

Pour les observateurs, la nouvelle direction de luxe de Renault ne tardera pas à engager la vitesse supérieure pour racheter les bourdes de Ghosn, à l’instar de Marc Festa, analyste de chez Alken qui a déclaré :

« Jean-Dominique Senard a fait ses preuves chez Michelin, c’est un homme de consensus et un diplomate très rassurant pour l’avenir de l’alliance (RMNBV) ».

« Thierry Bolloré est le numéro deux de fait de Renault depuis plusieurs années. Il a mis l’accent sur une augmentation du prix de transaction et donc la profitabilité », poursuit-il.

La bourse annonce la couleur

Outre les pronostics sur l’efficacité promise par ces deux personnalités, Renault a déjà commencé son ascension au regard de la bourse. Depuis l’arrestation de Ghosn le 19 novembre dernier, les actions de la société ont été fortement dévaluées avec 59,9 euros en novembre pour redescendre encore plus bas le 3 janvier à 52 euros, alors qu’elles avaient frôlé les 100 euros en avril 2018.

L’annonce du duo de choc est donc de bon augure, car après leur nomination jeudi, les cours ont repris l’ascendant avec quelques 61,16 euros. Cette remontée fulgurante représente près de 600 millions d’euros en 2 mois, ce qui rehausse la capitalisation boursière de Renault à 18,1 milliards d’euros.

Source : (https://www.challenges.fr/automobile/actu-auto/la-bourse-salue-la-nouvelle-gouvernance-de-renault_638896)