Économie

Emploi et logement : un Ingénieur sociologue donne son avis

cube de mots Job
Written by Laurent Bijon

Entre les loyers exorbitants en métropole et les kilomètres usants, les salariés ne parviennent pas à trouver le bon rythme pour s’accommoder. En France, la question ne repose plus sur un critère de confort mais de finance car trouver un bon travail en ville demande aujourd’hui plus qu’un sacrifice mental. Pierre Veltz, Ingénieur et sociologue nous explique les raisons de cette rupture entre l’emploi et le logement.

Les métropoles réunissent les opportunités

un porte-clé maisonPour M.Veltz, de nombreux facteurs incitent les entreprises à s’accumuler dans les métropoles. Une des raisons principales se fonde dans l’exploitation du numérique qui propose à l’extérieur une image de décentralisation mais impose dans le fond une « polarisation du marché du travail ». L’ingénieur explique ce principe par « des emplois très qualifiés à un bout de chaîne, qui ont tendance à se concentrer dans les métropoles. »

D’autre part, la concentration apporte une certaine opportunité sociale qu’on ne retrouve pas forcément dans les zones rurales, puisqu’il y a plus d’occasion de « rebond ».

M.Veltz introduit ainsi les vertus primordiales des agglomérations que sont les proximités entre filières, compétences et technologies.

La complémentarité est prioritaire

Aucun consensus ne pourra émerger entre les emplois de la métropole et les zones rurales, tant que la complémentarité ne sera pas développée. Pierre Veltz conçoit ainsi un équilibre issu du numérique. Il explique :

« Lorsque le haut débit sera généralisé, de nouvelles organisations et des activités plus distribuées émergeront. Ensuite, il y a les jeux écologiques, la gestion des déchets, de l’eau, le développement de l’éolien ou du solaire. On ne va pas créer ces activités au cœur des villes. »

Source : (https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/02/03/emploi-il-faut-developper-les-complementarites-entre-les-grandes-villes-et-le-reste-du-territoire_5418626_3234.html)