Crypto

La Corée du Sud maintient son interdiction sur les ICO

hommes qui méditent sur les investissements ICO
Written by Laurent Bijon

La Financial Services Commission (FSC) a annoncé que le pays poursuivra ses mesures d’interdiction sur les ICO dans le cadre d’une mesure répressive.

Mesures basées sur de nombreux plans d’étude

un bitcoin sur de l'orSelon la FSC, des entreprises réalisant des ICO ont fait appel à des juridictions étrangères alors qu’elles continuent toujours de collecter des fonds auprès de citoyens sud-coréens.

En septembre 2017, la Corée du Sud a strictement interdit les ICO en prétextant qu’il existait un manque de stabilité au niveau du processus et qu’il était bien facile de manipuler le grand public à éviter d’acheter des tokens. A l’époque, un représentant du FSC a déclaré au journal local FN News :

« En cas d’acte illégal, l’intervention d’un tiers est nécessaire. Cependant, la difficulté réside dans l’intervention effectuée en cas de hausse du prix et du volume des transactions. »

Avec une telle situation, en août, tout le monde espérait un renversement de la tendance après un débat de l’Assemblé Nationale quant à cette prohibition. Pourtant, jusqu’à aujourd’hui, le sujet est passé en mode silencieux. Le communiqué de presse a laissé une note comme quoi :

« Le gouvernement a été prudent sur l’adoption des ICO et que sa position ne changera pas. »

Ouverture aux pays économiquement puissants

Dans le cadre de cette enquête, les pays les plus connus qui accueillent les ICO sont la Suisse et le Singapour. D’après le communiqué de presse, un total de 22 sociétés ont été conviées à l’étude mais seulement 13 d’entre elles y ont répondu.

En général, les ICO ont été victimes du marché baissier de la crypto-monnaie de 2018. Selon Cointelegraph, plusieurs tokens se négocient en dessous de leur valeur d’ICO d’origine.

Source : (https://cointelegraph.com/news/south-korea-will-keep-ico-ban-says-financial-services-commission)