Économie

Muriel Pénicaud : le système bonus-malus sera utilisé en contrepoids des contrats courts

une clause de contrat
Written by Stephane Leroy

La lutte entre le patronat et le gouvernement continue de sévir sur la question d’assurance-chômage. Si les partenaires sociaux plaignent l’application du système « bonus-malus » entraînant des sanctions au niveau des cotisations, le gouvernement veut supprimer les turn-over par le biais des contrats-courts. Dernièrement, la ministre du travail, Muriel Pénicaud avait clairement mentionné la motivation du gouvernement à appliquer ce système si les entreprises ne veulent pas s’aligner sur cette question de longévité des contrats de travail.

Muriel Pénicaud met la pression

signature d'un contrat d'assuranceLe président lui-même colporte cette solution « bonus-malus », quelque peu désavantageuse aux employeurs, dans ses interventions médiatiques récentes.

La dernière fois, où Emmanuel Macron a décidé de faire cavalier seul avec cette proposition alors que les négociations sur l’assurance chômage étaient encore sur le tapis, quelques parties (Medef) ont décidé de quitter la table des négociations pour revenir quelques jours après.

Mais ce geste alarmant n’aura pas suffi pour dissuader le gouvernement d’abandonner son idée, aussi bien que Muriel Pénicaud, Ministre du Travail avait à nouveau évoqué l’application du « Bonus Malus » conditionné par la prise de décision du patronat au niveau des CDD et CDI.

Dans le grand rendez-vous d’Europe1/CNews/Les Echos, cette dernière n’a pas manqué de mettre la pression aux partenaires sociaux en déclarant :

« Si des employeurs remettent toujours la même personne au chômage, et grèvent le coût de l’assurance chômage, et précarisent cette personne, ils payeront plus de cotisations d’assurance chômage. »

A prendre ou à laisser

Dans le camp du patronat, le choix se restreint et il semble bien que le gouvernement ne bougera plus sur sa position à moins qu’une solution miracle émerge des discussions. Muriel Pénicaud avait clairement annoncé que « si au contraire ils embauchent plus en CDI, ils en paieront (cotisations) moins. »

Jusque-là, le gouvernement joue la carte de la protection contre la précarité et c’est par le biais des embauches à long terme que cela se traduit d’après la Ministre du Travail. Par ailleurs, elle ne ferme pas la porte aux partenaires sociaux mais doute que ceux-ci trouvent une autre solution.

« Nous, on a une solution. Si les partenaires sociaux en trouvent une meilleure, qui a le même effet, c’est très bien. Mais sinon, on la fera (Bonus-malus). »

Source : (https://www.capital.fr/economie-politique/muriel-penicaud-envisage-un-systeme-de-bonus-malus-sur-les-contrats-precaires-1327020)