Économie

Licenciement: 3000 départs “volontaires” à prévoir au sein de Carrefour

carrefour
Avatar
Written by Stephane Leroy

Le géant de la grande distribution compte tailler dans ses effectifs et faire peau neuve dans le cadre de son nouveau plan de restructuration annoncé plus tôt. En tout, par le biais d’une rupture conventionnelle collective (RCC) révélé fin mars, et un plan de départ en retraite anticipée, près de 3000 postes seraient potentiellement menacés d’être supprimés au sein de Carrefour.

Une suppression de postes massive

C’est la douche froide pour les acteurs sociaux qui avaient négocié 1500 suppressions d’emplois dans le cadre du projet d’accord de rupture conventionnelle collective (RCC) en mars dernier avec Carrefour. Pour rappel, les RCC permettent de supprimer des postes, sans justification économique, selon la dernière réforme du code du travail. Le géant de la grande distribution a décidé d’opter pour le nombre plafond de 3000 départs “volontaires” au sein de ses enseignes, bien qu’en théorie: “le nombre de postes supprimés reste bien fixé à 1 230”.

Inspecteur avec une loupe

Ce licenciement de masse vise en priorité les employés qui travaillent au sein des rayons bijouteries, multimédias, l’arrière-caisse, du service de la paie, de l’encadrement, des fonctions administratives et des caisses de station-service de 46 hypermarchés. Les rayons alimentaires sont relativement peu touchés par cette nouvelle mesure de réduction du personnel. Un plan de départ en retraite anticipée est également envisagé par Carrefour dans son objectif de réduire ses charges.

Cette décision fait suite à la publication de résultats catastrophiques fin 2019: le groupe aurait accusé une perte de 561 millions d’euros annuel en 2019 contre “seulement” 531 millions en 2017.

Un plan de sauvetage qui fait polémique

En ce qui concerne le dispositif de départs anticipé (congé de fin de carrière), il pourra  » favoriser le renouvellement générationnel dans le contexte de la transformation nécessaire du modèle de l’hypermarché ».

Malgré cette bonne volonté, la CGT a des doutes sur la sincérité du plan de départs volontaires annoncé par Carrefour. Le syndicat français dénonce surtout un plan qui « va conduire des milliers de salariés, poussés à bout », à « s’auto-licencier » dans le seul but de sauvegarder les dividendes du groupe. En attendant, le CFDT s’indigne que “la rémunération des dirigeants de l’entreprise ne cesse de croître.”

Source:(https://www.capital.fr/entreprises-marches/carrefour-sappreterait-a-sabrer-dans-ses-effectifs-1337157)