Économie

Boris Johnson: le potentiel successeur de Theresa May menace de ne pas payer la facture du Brexit

Brexit Union européenne
Avatar
Written by Stephane Leroy

Johnson, candidat qui se voit déjà briguer le poste de Premier ministre annonce la couleur: le député britannique assure qu’il ne s’acquittera pas d’une facture de 40 à 45 milliards de dollars dans le cadre d’un accord signé entre Bruxelle et Londres quelques années plus tôt tant que le Brexit ne se fera pas sous ses propres conditions

Une facture impayée de plusieurs milliards de dollars

Le grand favoris à la succession de Theresa ne fait pas dans la dentelle et a un franc-parler qui pourrait déranger Bruxelle: dans un communiqué publié dans Sundae Times, l’ancien maire de Londres a affirmé qu’il lancera un ultimatum musclé pour que l’Union Européenne accepte les conditions de divorce avec le Royaume-Uni.  En effet, ce dernier menace de ne pas s’acquitter d’une facture salée d’au moins 40 milliards de dollars qui correspond à des engagements financiers pris par tous les Etats-membres de l’UE, y compris le Royaume-Uni, pour constituer le prochain budget européen en décembre dernier.

Nos amis et partenaires doivent comprendre que l’argent sera conservé jusqu’à ce que nous ayons plus de clarté sur le chemin à prendre », a déclaré le candidat à la succession de Theresa May.

Boris Johnson a surtout conscience d’avoir les cartes en main pour que le Brexit se fasse dans les meilleures conditions pour le Royaume-uni.

J’ai toujours trouvé incroyable de devoir signer le chèque avant d’avoir un accord définitif. Pour obtenir un bon accord, l’argent est excellent solvant et un très bon lubrifiant », souligne-t-il.

Un partisan d’un Brexit “dur”

Depuis la démission de Theresa May ce vendredi, une dizaine de candidats sont en lice pour la remplacer fin juillet. Pour l’instant, Boris Johnson serait bien parti pour remporter les urnes selon plusieurs médias britanniques.

Ce dernier a toujours été partisan pour un “Brexit dur” et a affirmé sa volonté de couper net la relation entre l’UE et le pays avant le 31 octobre prochain, avec ou sans l’aval de Bruxelle. Boris Johnson n’est cependant pas un candidat qui affiche une image irréprochable auprès de son électorat: quelques mois plus tôt, Boris Johnson a été accusé d’avoir sciemment menti au Public en affirmant que le Royaume-Uni versait 350 millions de livres par semaine à Bruxelles alors qu’il occupait encore son poste de maire.

Source:(https://www.businessinsider.fr/boris-johnson-menace-de-ne-pas-payer-la-facture-du-brexit-sil-devient-premier-ministre/)