Économie

Deux députés proposent la réduction des films aidés pour une meilleure vente

casque de réalité virtuelle
Avatar
Written by Charlotte Rousseau

Dans le cadre du « Printemps de l’évaluation » axé sur les politiques publiques, Céline Calvez vice-présidente de la Commission des affaires culturelles et Marie-Ange Magne de la Commission des finances ont inspecté les performances du Centre national du cinéma et de l’image animée. Constatant une faible attraction des cinéphiles en réalisant moins de 50 000 entrées en salles, les deux élues ont proposé de nouveaux dispositifs pour rehausser la qualité des films, ce qui devrait aboutir sur une réduction des aides.

Une faible performance

Des données révélatrices ont été divulguées par la vice-présidente de la commission des affaires culturelles concernant la performance des films aidés dans le cadre du Printemps de l’évaluation sur les politiques publiques.

Alors qu’un rapport devrait être publié au début du mois de juin, l’élue LREM en compagnie de Marie-Ange Magne, ont mentionné quelques détails sur la situation actuelle de la CNC, et des aides fournis aux films.

chaines télévisions

Après avoir auditionné quelques professionnels, les deux élues ont ainsi constaté une faible attractivité de ces produits filmographiques aidés par la CNC.

« La France produit, mais plus de la moitié des films aidés réalisent moins de 50 000 entrées en salles », déclare Céline Calvez avant de proposer de nouveaux dispositifs sur les critères de soutien à la production.

De nouveaux critères de sélection

Pour les deux élues, le manque de transparence et de concertation constituent les points faibles de la production, aussi de nouveaux critères d’attribution s’imposent pour remettre l’industrie dans la bonne voie.

« Cela pourrait être une instance qui prépare les décisions du conseil d’administration », mentionne Céline Calvez.

Par ailleurs, l’introduction de ces critères entraînera une nouvelle politique de financement en exploitant les produits susceptibles de percer, soit réduire le nombre de films.

« Il faut trouver un dispositif qui finance des films mieux vus et mieux vendus à l’international pour consolider notre soft power » résume-t-elle.

Sources : ( https://www.capital.fr/economie-politique/plus-de-la-moitie-des-films-aides-font-moins-de-50-000-entrees-accusent-deux-deputees-1340357 )