Économie

L’archipel des Salomon renonce à louer une de ses îles à la Chine

Avatar
Written by Laurent Bijon

Pékin devrait remettre à plus tard son intention de faire sienne l’Île de Tilagi située dans le Pacifique. En effet, après que l’archipel des Salomon a annoncé avoir conclu un accord avec une société chinoise pour la location de Tilagi, l’Etat insulaire vient de faire machine arrière.

Une volte-face de l’archipel des Salomon

Quelques semaines plus tôt, la location de l’ Île de Tilagi, située dans le Pacifique, par la société China Sam Group, a fait les gros titres de plusieurs quotidiens d’informations. La société chinoise projetait d’établir une zone économique spéciale sur l’Île qui regroupe 1.200 habitants. 

Toutefois, l’archipel des Salomon vient de faire volte face et a annoncé que l’accord établi avec la China Sam Group était « illégal, inapplicable et doit être annulé avec effet immédiat », selon le communiqué du Premier ministre de l’Etat du Pacifique. Les autorités de l’archipel avaient avancé le fait que la société chinoise n’était pas habilitée à négocier un contrat de bail pour louer Tilagi car il ne bénéficiait pas de statut d’investisseurs étrangers.

La Chine versus Taiwan

La Chine entend renforcer sa présence dans l’Île Pacifique après que la petite nation de 600 000 habitants ait rompu ses liens économiques avec Taiwan en septembre dernier. Toutefois, Taiwan aurait versé plus de 480 millions de dollars en aide financière dans la région au cours des dernières décennies. Pékin prévoit ainsi de combler le gouffre financier laissé par Taiwan.

Ainsi, China Civil Engineering Construction Corporation, aurait déjà proposé 500.000 dollars sous forme de prêts et de subventions à l’île de Vanuatu. Le groupe China Railway International quant à lui a promis d’attribuer un prêt de 825 millions de dollars pour aider à la réouverture d’une ancienne mine d’or dans le Pacifique.