Économie

Davos : Greta Thunberg dénonce l’inertie du gouvernement concernant l’environnement

Avatar
Written by Stephane Leroy

Connue pour ses discours enflammés, Greta Thunberg a fustigé l’inertie de la classe politique à prendre des décisions effectives concernant l’environnement lors du 50e Forum de Davos.

Greta Thunberg monte au créneau 

Mardi dernier en Suisse, le 50e forum de Davos a démarré sur les chapeaux de roux avec le discours très poignant de Greta Thunberg. La jeune activiste suédoise a surtout déploré le manque de réactivité des décideurs politiques face à l’urgence de la question du changement climatique.

En pratique, concède la jeune fille de 17 ans, “rien n’a été fait” en faveur de l’environnement soulignant le fait que “les émissions de CO2 n’ont pas diminué”. Malgré l’attention médiatique suscitée autour du combat écologiste mené par Gert Thunberg, les élites mondiales n’ont effectué aucun changement pour le climat. «Je ne peux pas me plaindre de ne pas être écoutée. On m’écoute tout le temps», a-t-elle déploré.

Les ONG ont fait écho aux discours de Greta Thunberg, soulignant l’inertie des entreprises à entamer des programmes visant à préserver l’équilibre environnemental. Selon un rapport de Greenpeace, dix banques conviées régulièrement au forum de Davos auraient investi plus de 1000 milliards de dollars dans l’énergie fossile entre 2015 et 2018.

Donald Trump adopte une approche différente

Donald Trump, a, quant à lui, opté pour un discours diamétralement opposé à celui de Greta Thunberg. Lors du forum de Davos, le président américain a souligné qu’il reléguait en second rang les questions environnementales pour se consacrer pleinement aux préoccupations économiques. 

« En route pour Davos, en Suisse, pour rencontrer les leaders du monde et des affaires, et ramener (…) des centaines de milliards de dollars aux États-Unis ! Nous sommes le NUMERO UN dans l’univers, de LOIN », a tweeté mardi le président.

Le président américain tacle régulièrement Greta Thunberg pour son combat écologiste qu’il juge “infantile”. Fin septembre, le milliardaire avait décrit la suédoise  comme « une jeune fille très heureuse qui regarde vers un avenir brillant et merveilleux”.